Saveurs de Geek

épicurisme, bien-être & technologies…

Les nouvelles étoiles du Guide Michelin 2017


   12 Fév

Les nouvelles étoiles du Guide Michelin 2017

Ne pas confondre, le bibendum, c'est le gars en blanc !

Ne pas confondre, le bibendum, c’est le gars en blanc !

Né en 1900, le Guide Michelin approche peu à peu la barre des 120 ans, mais sait garder toute sa fraîcheur en étoilant des chefs de plus en plus jeunes. Bien que l’ouvrage pèse un peu moins de un kilo, cela fait déjà de nombreuses années qu’il ne tient plus dans la poche, mais comme le guide est numérisé depuis maintenant 10 ans, on peut désormais l’emporter dans son Smartphone. Les fidèles restent cependant attachés à la version papier, car ce sont plus de 45.000 lettres qui ont été adressées aux concepteurs du Guide l’an passé pour faire part des différentes requêtes et remerciements. Société numérique oblige, on peut réserver sa table directement depuis l’application.

Michale Ellis, Directeur International des Guides Michelin

Michale Ellis, Directeur International des Guides Michelin

Venons-en à l’édition 2017 de ce guide, à laquelle a été ajoutée une nouvelle sélection très riche, provenant de toutes les régions de France. Les nouvelles tendances tournent autour du développent durable et de la recherche de produits situés à proximité ainsi que la cuisine des fruits et légumes de saison. Certains chefs ont même leur propre jardin ou potager. La nouvelle sélection comporte aussi bien des grandes maisons que des petites tables, donnant ainsi accès à la grande cuisine à une plus large population.

Cinq critères sont pris en compte pour affiner la sélection, qui sont la qualité des produits, la maîtrise de la cuisson, la personnalité du chef, la régularité dans la carte et dans le service et enfin le rapport qualité/prix.

Ce ne sont pas moins de 70 nouvelles tables qui apparaissent dans le Guide Michelin 2017, dont une avec trois étoiles, 12 avec deux étoiles et 57 avec une étoile.

57 nouveaux arrivants avec une étoile au Guide Michelin 2017

57 nouveaux arrivants avec une étoile au Guide Michelin 2017

Les arrivants avec une étoile sont répartis assez régulièrement sur l’ensemble du territoire. Dans la région Nord-Est, ont été primés à Reims (51) le Racine (Kazuyuki Tanaka), à Baerenthal (57) l’Arnsbourg (Fabien Mengus), à Cassel (59) le Haut Bonheur de la Table (Eugène Hobraiche), à Wimereux (62) la Liégeoise (Alain & Benjamin Delpierre), à Colmar (68) le Girardin (Eric Girardin), à Kaysersberg (68) l’Alchémille (Jérôme Jaegle) et à Ammerschwihr la table de Julien Binz.

Le Sud-Est est la région la plus fournie avec les Explorateurs (Romuald Fassenet & Josselin Jeanblanc) à Val-Thorens (73), le Roc Alto (Alexandre Lechêne) à Saint-Véran (05), le Saint-Martin (Jean-Luc Lefrançois) à Vence (06), le W (Edward Cristaudo) à Annonay (07), les tables de Mickaël Féval et de Pierre Reboul à Aix-en-Provence (13), celle de Fanny Rey & Jonathan Sahid à Saint-Rémy-de-Provence (13), le Domaine du Colombier (Cyril Fressac) à Malataverne (26), le Skab (Alban Barbette & Damien Sanchez) à Nîmes (30), le Palégrié (Guillaume Monjuré) à Corrençon-en-Vercors (38), le Château Blanchard (Sylvain Roux) à Chazelles-sur-Lyon (42), l’établissement Aux Anges (Marco Viganò) à Roanne (42), la table de Jérémy Galvan et le Miraflores (Carlos Camino) à Lyon (69), La Palmeraie (Jimmy Coutel) à La Croix-Valmer (83), le Jardin de Benjamin (Benjamin Collombat) à Lorgues (83), l’Olivier (Philippe Colinet) à Saint-Tropez (83), et le Champ des Lunes (Jérôme Faure) à Lauris-Lourmatin (84).

Au Sud-Ouest nous trouvons à Mirambeau (17) le Château de Mirambeau (Maxime Deschamps), à Terrasson-Lavilledieu (24) l’Imaginaire (François Adamski), à Brantôme (24) le Moulin de l’Abbaye (Loïc Lecoin), à Montrabé (31) l’Aparté (Jérémy Morin), à la Teste-de-Buch (33) le Skiff Club (Stéphane Carrade), à Saint-Emilion (33) le Logis de la Cadène (Alexandre Baumard), à Saint-Vincent-de-Tyrosse (40) le Hittau (Yannick Duc), à Mercuès (46) le Château de Mercuès (Julien Poisot), à Arcangues (64) l’Atelier de Gaztelur (Alexandre Bousquet) et à Saint-Jean-de-Luz (64) l’Océan (Christophe Grosjean).

Dans le Nord-Ouest se sont distingués le 1912 (Johan Thyriot) à Trouville (14), chez Maximin Hellio à Deauville, le Pertica (Guillaume Foucault) à Vendôme (41), La Table de la Bergerie (David Guitton) à Champ-sur-Layon (49), le Fontevraud Restaurant (Thibaut Ruggeri) à Fontevraud-l’Abbaye (49), l’Auberge Tiegezh (Baptiste Denieul) à Guer (56), le Terre-Mer (Anthony Jehanno) à Auray (56), chez Rodolphe (Rodolphe Pottier) à Rouen (76), les Genêts (Nicolas Coutand) à Brem-sur-Mer (85) et la Robe (Xavier Giraudet) à Montaigu (85).

Enfin à Paris, les nouveaux étoilés sont Les Jardins de l’Espadon (Nicolas Sale) et le Restaurant du Palais-Royal (Philip Chronopoulos) dans le 1°, le Sushi B (Masayoshi Hanada) dans le 2°, le Restaurant H (Hubert Duchenne) dans le 4°, l’Alliance (Toshitaka Omiya) dans le 5°, le Divellec (Mathieu Pacaud) dans le 7°, le George (Simone Zanoni), l’Akrame (Akrame Benallal) et l’Orangerie (David Bizet) dans le 8°, l’Archeste (Yoshiaki Ito) dans le 16°, la Scène Thélème (Pierre Rigothier) dans le 17°, et l’Escargot 1903 (Paolo Boscaro) à Puteaux.

42 restaurants ayant précédemment acquis une étoile se la sont vue supprimer cette année.

12 chefs captent 2 étoiles dans le guide de cette année

12 chefs captent 2 étoiles dans le guide de cette année

Passons maintenant aux deux étoiles, où nous comptons 12 nouvelles tables, avec à Saint-Emilion (33) l’Hostellerie de Plaisance (Ronan Kervarrec), à Bordeaux la Grande Maison de Bernard Magrez ainsi que le Pressoir d’Argent (Gordon Ramsay & Gilad Peled), à Saint-Médard (46) le Gindreau (Pascal Bardet), à la Madelaine-sous-Montreuil (62) la Grenouillère (Alexandre Gauthier), à Clermont-Ferrand (63) le Pré (Xavier Beaudiment), à Courchevel 1850 (73) le Kintessence (Jean-Rémi Caillon) et le Montgomerie (Gatien Demczyna), à Manigod (74) la Maison des Bois (Marc Veyrat), à Paris 1° le Kei (Kei Kobayashi) et la Table de l’Espadon (Nicolas Sale), et à Paris 8° le Clarence (Christophe Pelé).

Quatre établissements sont passés de deux à une étoile, et trois autres ont perdu leurs deux étoiles.

Le 1947 est l'unique restaurant triplement étoilé pour 2017

Le 1947 est l’unique restaurant triplement étoilé pour 2017

Pour finir en beauté, Courchevel 1850 ne se contente pas de ses deux établissements doublement étoilés, puisque l’unique établissement qui entre avec trois étoiles cette année est le 1947 (Yannick Alleno). Sachant qu’à peine 100 restaurants sur les 20.000 présents dans le guide ont ces fameuses trois étoiles, c’est un bel exploit.

Un joli panel de 70 restaurants étoilés dans l'édition 2017 du Guide Michelin

Un joli panel de 70 restaurants étoilés dans l’édition 2017 du Guide Michelin

Et pour conclure, nous noterons que dans la sélection 2017, aucun restaurant n’a réussi à se distinguer Outremer, et qu’une seule femme chef a été étoilée, mais c’est déjà un progrès par rapport à l’an passé, où il n’y en avait pas une seule.

Côté technique, le Guide Michelin 2017 est un ouvrage de 2.000 pages dont le poids approche le kilogramme. On y décompte 3.222 hôtels & maisons d’hôtes, ainsi que 4.362 restaurants, dont 27 sont triplement étoilés, 86 ont deux étoiles et 503 ont une étoile. Son prix annoncé est de 24,90 € TTC.

Plus d’informations sur www.guide2017.fr.

Flux RSS 2.0 des commentaires. Vous pouvez réagir, ou faire un trackback.

Réagissez